Dans son livre ‘Blockbusters: Hit-making, Risk-taking, and the Big Business of Entertainment’, la professeure néerlandaise de Harvard, Anita Elberse, avance que les blockbusters vont encore, à l’avenir, stimuler la diversité de l’offre cinématographique. Incroyable ?

Pas selon Elberse. Et la professeure, se basant sur des années de recherches, de démontrer que les grosses productions assureront le futur de Hollywood. Prenez un mega film comme X-Men: Days of Future Past. Ce genre de production va drainer vers les salles obscures un public énorme grâce à un maximum d’effets spéciaux et des stars internationales comme Hugh Jackman, Ian McKellen, Patrick Stewart et Jennifer Lawrence.

Tout ce qu’il faut pour que le studio de cinéma gagne suffisamment pour libérer assez d’argent en vue de la réalisation de plus petits films.

Pourquoi les studios ne produisent-ils pas uniquement des blockbusters ?

Les studios de cinéma se servent des petites productions pour se construire un portefeuille diversifié et tester de nouveaux talents, comme Ryan Gosling, par exemple. Si celui-ci joue dans un film d’environ 30 millions de dollars et que ce film est un succès populaire, il ne faudra pas attendre bien longtemps pour voir le même Ryan jouer dans une production dont le budget avoisinera les 200 millions. C’est également ce qu’il s’est passé avec The Hangover.

What’s in it for advertisers ?

Pour les annonceurs aussi, des blockbusters actuels comme Edge of Tomorrow, Maleficent ou 22 Jump Street sont des bonnes nouvelles. Ces films attirent non seulement un large public dans les salles, mais ils apportent également de la diversité dans l’offre cinématographique. Ce qui a pour résultat d’attirer dans les cinémas encore davantage de gens voulant passer un bon moment. Ou l’art de gagner sur les deux tableaux.

En savoir plus ? Regardez l’interview d’Anita Elberse.

Cet article se base sur la série «L’avenir du cinéma », un nouveau projet de la revue Holland Film Nieuws, dans laquelle des experts de l’industrie cinématographique nationale et internationale donnent leur vision sur l’avenir du cinéma.