En marge du lancement de MovieMatch, une nouvelle offre qui permet aux annonceurs de choisir parmi une quinzaine de films celui qui correspond le mieux à leurs marques pour communiquer au cinéma, Media Marketing a avons questionné une série de CMO sur leurs goûts cinématographiques, mais aussi sur le rôle qu’un film au cinéma peut avoir pour une marque. Sandra Circhirillo, Responsable Marketing & Communication chez CBC Banque & Insurance, a choisi ‘Smurfs: The Lost Village’.

Quel(s) genre(s) de film allez-vous voir prioritairement au cinéma ?

J’ai une vision assez sélective du 7ème art. Si je me déplace au cinéma, c’est plutôt dans le but de contempler un chef d’œuvre comme il en existe tant, et non pas – ou du moins très rarement – pour regarder une grosse production. Je suis plus attirée par un film comme « Julieta », le dernier Almodovar, ou par « IDA », film du polonais Pawlikowski. Je recommande d’ailleurs vivement « Perfetti sconosciuti » de Genovese, un vrai miroir de l’existence.

Quel(s) genre(s) de film diffusé(s) au cinéma correspond(ent) le mieux à une marque telle que CBC Banque ?

Si le film « Demain » rencontre un tel succès populaire, c’est parce qu’il est parvenu à toucher tout un chacun dans ses préoccupations les plus profondes. Nous connaissons une époque où la mondialisation s’effrite peu à peu pour un retour au local et à l’authentique. J’aime ce retour aux sources et à la simplicité et c’est ce que j’apprécie aussi particulièrement chez CBC.

Nous sommes une banque à taille humaine qui croit vraiment en la plus-value du contact et du conseil humains. La relation de proximité avec nos clients est essentielle. Nos collaborateurs connaissent leurs clients, ce sont leurs voisins. C’est ce qui leur permet de prendre 90% des décisions de crédit localement. De même que 100% de l’épargne placée chez CBC est injectée dans l’économie réelle. C’est important à mes yeux de véhiculer ces messages.

Quel film dans la liste ci-dessous serait idéal pour la diffusion d’une campagne pour votre marque ?

Ne fût-ce que par leur couleur de peau cyan, identique à celle de CBC, les Schtroumfs s’imposent (rires) ! Ceci dit, dans les souvenirs que j’en garde, ce dessin animé est vecteur de valeurs comme la solidarité, l’écoute, le partage et l’acceptation de l’autre au sein d’une famille, d’une communauté. Ce sont des valeurs qui sont chères à CBC.

« Transfomers » n’est pas ma tasse de thé comme je l’ai déjà laissé entendre. Mais si je peux y voir un lien avec mon métier, ce serait celui de la transition. Le monde bancaire comme bien d’autres secteurs vit depuis plusieurs années sa transformation digitale. Chez CBC, nous faisons le choix de la vivre suivant le tempo donné par nos clients. Nous ne croyons pas dans le tout digital, mais bien dans une complémentarité équilibrée entre la brique et le clic.

Qu’apporte de plus le cinéma à une campagne publicitaire, et principalement à une marque comme CBC Banque & Assurance ?

Le cinéma est le média par excellence sur lequel tout annonceur souhaite faire passer ses messages. De 7 à 77 ans, il y a une sorte de magie qui vous entoure quand vous vous asseyez dans ces fameux sièges. Votre téléphone est (normalement) coupé, vos soucis sont également restés en surface et vous n’attendez plus que le divertissement. Cet état encourage le lien émotionnel avec les spectateurs qui sont dans des conditions idéales pour recevoir votre message. L’attention, la concentration et l’intérêt du spectateur sont inégalables dans une salle de cinéma.

Avez-vous une petite anecdote ou un souvenir particulier en rapport avec le cinéma ?

En 1992, je suis allé voir « C’est arrivé près de chez vous » à sa sortie au cinéma, avec quelques créatifs de l’agence de pub dans laquelle je travaillais à l’époque. Plus les minutes passaient, plus on pouvait compter par dizaines les gens qui sortaient de la salle à chaque scène « intense ». J’ai le souvenir que nous étions moins nombreux que les doigts d’une main lors du générique de fin. A ce moment-là, personne n’aurait parié sur l’immense destinée de ce film.

Avez-vous une scène culte ?

J’ai toujours été fascinée par la capacité de l’homme – et en l’occurrence d’un réalisateur –  à se jouer de l’horreur et à s’accrocher à une lueur même lointaine. Pour cette raison, « La vita e bella » de Benigni m’a profondément marquée. Ce film transcende l’horreur de la guerre à travers l’histoire de ce petit garçon à qui son père raconte justement une histoire, celle d’un jeu qui leur fait faire un détour par un camp de concentration. Les larmes ne vous viennent pas face à l’atrocité de la situation mais face à l’amour d’un père pour son fils dans l’adversité. C’est une belle leçon de vie.

Films 2017 – ‘Fifty Shades Darker’, ‘The Lego Batman Movie’, ‘Beauty and the Beast’, ‘Smurfs: The Lost Village’, ‘Fast & Furious 8’, ‘Pirates of the Carbibbean: Dead Men Tell No Tales’, ‘World War Z 2’, ‘Transformers 5: The Last Knight’, ‘Despicable Me 3’, ‘Cars 3’, ‘Dunkirk’, ‘Spiderman: Homecoming’, ‘Valerian and the City of the Thousand Planets’, ‘Justice League’, ‘FC De Kampioenen 3’.

Découvre tout sur MovieMatch ici!